Des parents comme les autres

Je suis toujours interpellée lorsqu’on me dit : « bravo, votre courage, vous êtes incroyable. » « Je ne pourrais pas faire ça ». Avant qu’Enzo naisse, je pensais pareil. Je me disais « heureusement que ce n’est pas moi », « un enfant handicapé, ça doit être dur ».

Nous avons aimé Enzo dans mon ventre. Nous l’avons aimé encore plus fort lorsque nous l’avons pris dans nos bras pour la première fois. Lorsqu’à 5 mois le pédiatre nous a dit qu’il avait un retard de développement, je l’ai aimé encore plus fort. Car c’est ça avoir un enfant, c’est aimer si fort un petit être qu’on est inquiet de tout ce qui peut lui arriver. Et on n’arrête pas d’aimer son enfant parce qu’il a quelque chose (une difficulté, une maladie). Au contraire, on l’aime encore plus fort, on se bat pour lui, on est à ses côtés.

Aujourd’hui je suis devenue la maman d’un enfant polyhandicapé. Et je ne porte plus du tout le même regard sur ces parents d’enfants handicapés. Car je sais que la seule chose qui les anime, c’est l’amour qu’ils ont pour leur enfant, inconditionnel. Lorsqu’on prend la décision de faire un enfant, on ne le fait pas pour qu’il soit parfait. On va l’aimer juste comme il est, avec son caractère, toutes les maladies qu’il pourra avoir au cours de sa vie, toutes les difficultés qu’il rencontrera, tous les défis qu’il devra relever, et parfois, un de ces défis, c’est le handicap. Le jour où l’on décide d’avoir un enfant, c’est le jour où on est capable de se faire plus de soucis pour une autre personne que pour soi. Et ça commence le jour où il nait. On se fait du soucis, souvent pour pas grand chose, parfois pour des choses qu’on n’aurait pas soupçonnées. Mais voilà, votre enfant est né et vous l’aimez. Vous ne pouvez plus faire marche arrière.

Alors je veux rassurer tous ces parents, oui le handicap c’est fatigant, mais je ne minimise pas leur quotidien du mien. Chaque parent vit son lot d’inquiétudes et de défis au quotidien qui sont tout aussi importants. Je veux seulement leur dire d’avoir confiance. Vous aimez votre enfant, vous aussi vous êtes capable de déplacer des montagnes. Nous sommes des parents comme les autres.

2017-06-16_famille

Tu seras peut-être pas le meilleur mon fils 
Mais pourtant moi, je serai fier 
A quoi ça sert d’être riche 
Quand on est riche d’être père 
Tu seras sûrement pas le plus fort mon fils 
Mais à deux, on sera millionnaire 
Que je sois pauvre ou bien riche 
Tu seras riche d’un père 
Tu seras riche d’un père

Riche, Claudio Capeo

Publicités

Un commentaire

  1. Merci Stéphanie et Sébastien ! Merveilleux témoignage !!! Encore plus beau et plus émouvant que d’habitude… qui fait monter les larmes !
    Merci mon petit ENZO pour l’amour que tu irradies autour de toi, dans ta famille et auprès de chaque personne que tu rencontres. Cela fait du bien.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s